Steam Sailors, tome 1 : l’Héliotrope, de Ellie S. Green

Il y a des livres comme cela, dès que vous les avez entre les mains, vous savez que vous allez les aimer. D’abord, c’est la couverture qui vous attire (et ici, c’est une bombe !), puis le résumé, et enfin l’ambiance promise. Autant vous dire que la potion a pris entre Steam Sailors et moi !

Remise en situation :

Nous sommes en juillet, j’ai décidé d’aller voir Billie dans sa Bretagne, et pour la première fois de ma vie je pose les pieds dans un Cultura. Oui, il n’y a pas de magasin Cultura en Belgique, ce qui ne m’a pas empêchée d’acheter des articles chez eux. Vive les livraisons ! (NDLR : Enfin, si. Il y en a un qui vient d’ouvrir à Liège) BREF. Au départ, c’est surtout Billie qui cherchait à se procurer un Stephen King, mais pas de chance pour elle, elle n’a pas trouvé son bonheur. Quant à moi, je ne cherchais rien de particulier. Je me suis juste laissée porter par un petit flânage entre les rayons, et c’est ainsi que j’ai fait la rencontre du premier tome de Steam Sailors, l’Héliotrope.

La couverture m’a conquise, puisqu’elle a fait résonner en moi le souvenir des illustrations de La Passe-Miroir. Ensuite, c’est le nom du navire, « Héliotrope », qui m’a interpellée. Pour celles et ceux qui ne le savent pas, j’ai un affect très personnel avec Hélios (pour en apprendre plus, je vous invite à aller voyager sur ce lien. Et pour finir, il a suffi d’une série de mots pour achever de me convaincre et céder à l’appel de ma carte bleue :

  • Alchimistes,
  • Industriels ;
  • Voir l’avenir en rêve ;
  • Navire volant ;
  • Pirates.

Une ambiance très steampunk en perspective. Tout pour me plaire ! Évidemment, je l’ai lu en premier alors même que j’étais toujours en Bretagne !

Présentons un peu ce livre, mais aussi son auteure, qui a gentiment accepté de répondre à quelques-unes de mes questions pour cette chronique (encore merci à elle).

Le premier tome de Steam Sailors, l’Héliotrope, est le premier roman achevé et publié d’Ellie S. Green. Comme beaucoup d’auteurs, elle possède un placard secret renfermant une multitude de cadavres : les projets inachevés et abandonnés.

Arrêtez de faire vos mijaurées, si vous écrivez, vous savez qu’on a tous et toutes ce genre de placard ! Ellie écrit depuis ses 10 ans. Quand elle remonte dans ses souvenirs, elle se souvient surtout d’une nouvelle qu’elle a envoyé au magazine J’aime lire. Remercions6les d’ores et déjà, car grâce à leur réponse d’encouragement, Ellie a gardé sa motivation pour écrire des histoires !

Super couverture de Steam Sailors, l’Héliotrope, par vaderetro_studio

Laissez-vous porter par les vents à bord de l’Héliotrope pour un voyage inoubliable…

Résumé :

Prudence est orpheline et a un don pour la médecine. Seulement voilà, étant une femme, ses aptitudes sont très mal vues et tout le village la traite de sorcière. Pourtant, cela ne les empêche pas de venir la voir ELLE plutôt que le guérisseur officiel, surtout lorsqu’il y a un gros pépin.
Une nuit, après le crash d’un navire volant, des miliciens la réclament (de force) pour soigner le seul rescapé trouvé. Grâce à sa clairvoyance, elle comprend à la dernière minute qu’il s’agissait d’un piège tendu par des pirates des airs. Tous les villageois sont massacrés, uniquement pour un vol de relique, et Prudence se fait enrôlée de force sur l’Héliotrope.

On apprend finalement que le vol de cette nuit n’était qu’un prétexte, une monnaie d’échange, pour une quête bien plus importante ! Les pirates de l’Héliotrope sont en fait à la recherche d’une ville disparue, la cité des Alchimistes. Pour ce faire, ils doivent trouver les indices laissés par ces derniers, comme une sorte de jeu de piste. La clairvoyance de Prudence va finalement leur être tout aussi précieuse que ses dons de guérisseuse ! Une véritable aventure attend donc le lecteur entre les pages de Steam Sailors.

Mon avis :

Contrairement à Rupture, Tarot et Confiture, c’est un livre qui n’a pas attendu son heure pour être lu. Au contraire, une fois revenue de Cultura avec mes petits Bretons, j’ai directement attaqué cette lecture… pour ne plus le lâcher jusqu’à mon retour chez moi.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce roman, c’est tout simplement son style d’écriture. Généralement, dans un récit de fantasy, nous suivons l’histoire du personnage principal, et une fois de temps en temps, celle d’un personnage secondaire. Oubliez directement cette façon de faire avec L’Héliotrope ! Dans ce bouquin, c’est l’histoire de l’univers que l’on suit. Pour vous l’expliquer simplement : posez vos fesses sur les sièges confortables d’une salle de cinéma et admirez les scènes du film que vous avez choisi. C’est exactement ce qu’il se passe avec la plume d’Ellie.

Pour vous donner un petit indice, prenons la scène d’ouverture, ou le prologue comme vous préférez. Pour commencer, il est présenté en italique. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup ! La plume, la fluidité et la mise en page m’ont donné l’impression de suivre un rêve ou un souvenir. Vous voyez ce que je veux dire ? Tout en étant précise dans sa description et sa narration, l’écriture était telle que, dans ma tête, je voyais les actions comme dans une bulle de brouillard, ou de vapeur. Au final, la scène finit par se dissiper, comme balayée par une souffleuse, et enfin, l’Héliotrope se dévoile dans toute sa splendeur !

Deuxième exemple ? Une bataille que je ne vous spoilerais pas. Parce que oui, qui dit pirates dit forcement affrontements. Juste après cette fameuse bataille, que l’on suit du point de vue de l’équipage de l’Héliotrope, la narration dévie vers le navire adverse, afin de nous laisser assister à toute l’aigreur de sa défaite. Le tout bien sûr avec une petite touche d’humour bienvenue et un beau geste de victoire du capitaine de l’Héliotrope destiné au commandant. Ces quelques lignes m’auront en tout cas bien fait rire !

S’il y a un cliché que l’on retrouve souvent dans les romans de fantasy, surtout ceux qui présentent une héroïne esseulée, c’est bien le coup de foudre de cette dernière pour le premier personnage masculin. En général, tu sens direct qu’il va être important. Alors ici, dans Steam Sailors, je vous présente Prudence à ma gauche, jeune fille rejetée par son village comme nous l’avons vu, et Ezekiel à ma droite, pirate bombasse aux cheveux violets et vraie sale gosse qu’on adore. Et… et… eh bien non, pas de romance à l’horizon mes chers amis ! Je suis taquine !

Par contre, les personnages sont un vrai coup de cœur pour moi ! Que dis-je, un vrai coup de foudre ! Ces deux protagonistes font partie de mon top 3, avec un autre héros supplémentaire :

  1. Prudence ;
  2. Ezekiel ;
  3. Gareth.

Seul point négatif que j’ai relevé, destiné à la maison d’édition et non pas à l’auteur, ce sont les coquilles. Je pense même que ce genre de remarques est destiné à TOUTES les maisons d’édition, surtout en ce moment. Je ne suis pas la première à le faire remarquer d’ailleurs. Dans cette première impression du livre, il y a bien 2 ou 3 pages qui présentent des coquilles, que ce soient des mots manquants, des doublons, etc. Ce sont des oublis et maladresses facilement évitables, et après un travail d’édition, il est regrettable que ce genre de choses doivent encore être corrigées.

Le mot de la fin ? Que dire… Vous le sentez ce terrible coup de cœur que j’ai eu pour ce livre ? J’en ai lu des livres de fantasy, et pourtant, je n’ai connu qu’un coup de cœur similaire, celui que j’ai eu pour la saga de La Passe-Miroir. Ellie S. Green m’a d’ailleurs confiée dans sa réponse privée que Steam Sailors était prévu comme une trilogie, et que, tenez-vous bien, le tome 2 sortait en novembre ! Préparez-vous donc à ce que je vous en parle du matin au soir en stories Instagram !